Requalification des ZAE

et résorption des locaux frappés d’obsolescence
Objectif 

Vous souhaitez enrayer le processus de déqualification qui touche certaines ZAE du département de l’Essonne et proposer des actions susceptibles de résorber l’obsolescence des bâtiments présents.

Public concerné 

Collectivités territoriales (communes, communauté de communes, communautés d’agglomération, SAN)

Solutions 

Nous intervenons en amont et déclinons en plusieurs actions : l’amélioration de la performance énergétique, l’accessibilité ou encore la mutation du tissu d’entreprises.

Dispositif 

Phase 1
Identification des risques d’obsolescence de la ZAE

  • Analyse de la performance de la ZAE à partir des valeurs locatives, des taux de vacance, de l’âge des constructions, de la desserte en transport en commun.
  • Restitution du dispositif aux intercommunalités.

Requalification des ZAE

  • Enquête auprès des entreprises, complétée par des entretiens en face à face avec les chefs d’entreprise, les associations de chefs d’entreprise et les acteurs clés du territoire et recommandations.
  • Élaboration d’un programme d’actions concerté.
  • Suivi et moyens de promotion et d’animation de la zone requalifiée.

Phase 2 (en option)
Approche opérationnelle
Obsolescence et potentialités de redéveloppement

  • Proposition d’action, ciblée sur l’immobilier d’entreprise présent à l’intérieur de la ZAE, portant sur les potentialités de mutabilité de la ZAE et la résorption de l’obsolescence, à partir des résultats obtenus lors de l’identification des risques d’obsolescence de la ZAE.

Points forts

  • Une expertise adaptée aux attentes de la collectivité et des entreprises
  • Une phase d’analyse pouvant s’intégrer dans une démarche plus globale de requalification de la ZAE
  • Une cartographie de la ZAE identifiant le potentiel de mutabilité des emprises bâties
  • Un suivi des actions et un accompagnement opérationnel
Tarif 

750 € HT/jour
900 € TTC/jour
Durée variable selon le nombre d’entreprises par ZAE

TVA à 20 % à la date du 01/01/2017