« Le développement de Paris-Saclay passe par l’innovation ouverte »

Suivre l'actualité de la CCI Essonne ACTUALITE
Innovation
Interview Antoine Du Souich, DG adjoint à la Stratégie de l’EPA Paris-Saclay
Antoine Du Souich, directeur général adjoint à la Stratégie de l’EPA Paris-Saclay

Lors de Techinnov 2016, vous avez animé un atelier sur le living lab, un système innovant qui a été adopté pour développer Paris-Saclay. De quoi s’agissait-il ?
Un living lab représente un espace ou territoire, investit par les acteurs publics, privés mais également associatifs pour tester in situ de nouveaux services et outils pour créer une ville « intelligente » et durable, une smart city autrement dit. Le principe d’innovation ouverte est à la base de cette dernière et il permet aux usagers du territoire de devenir de réels acteurs et collaborateurs de ce changement. Notre ambition est de dynamiser les écosystèmes en incitant les grands-groupes et PME à collaborer avec des start-ups sur les projets de ce territoire laboratoire qu’est Paris-Saclay. Ainsi, l’innovation des uns profitent à la capacité de développement commercial des autres, et vice-versa.  Cette dynamique s’appuie sur un environnement entrepreneurial en croissance porté notamment par les étudiants de l’Université Paris-Saclay, mais aussi ses chercheurs. Chaque année, Techinnov représente pour l’EPA Paris-Saclay une belle opportunité de rencontres et d'échanges avec les acteurs économiques de notre territoire mais aussi, bien sûr, les investisseurs.

Paris-Saclay veut devenir un spot mondial technologique, de recherche et d’innovation en matière de développement durable, notamment urbain pour l’énergie et la mobilité. Qu’en est-il ?
Le plateau de Saclay regroupe de manière exceptionnelle, en plus des acteurs économiques déjà évoqués, des établissements d’enseignement supérieur, des laboratoires publics et privés à la pointe dans de nombreux domaines scientifiques et technologiques, présents à l’international. Leur rapprochement géographique va permettre à ce territoire d’acquérir une visibilité et une renommée mondiale de plus en plus forte dans les années à venir. Dans différents domaines, des stratégies de développement durable ont été mises en place. Les créations d’un réseau de chaleur et de froid intelligent, d’un système de mobilité complet et multimodal, d’une plateforme numérique au sud du plateau de Saclay et la réalisation d’un nouveau quartier urbain à Versailles-Satory, où il est envisagé de créer un démonstrateur industriel des services urbains intelligents, sont autant d’actions qui attestent de la volonté de l’EPA Paris-Saclay de diminuer drastiquement les consommations d’énergie et de ressources. Nous avons d’ailleurs remporté un appel à projets, lancé par Ségolène Royal en prévision de la COP 21 qui fera de Paris-Saclay un ‘’Démonstrateur industriel pour la ville durable’’.

Quels sont les objectifs de l’Etablissement public d’aménagement Paris-Saclay d’ici 2020 ou 2030 ?
En plus d’accompagner l’intégration de technologies et services aux projets urbains de Paris-Saclay, l’Etablissement public d’aménagement continue de développer ses programmes foncier et immobilier. D’abord en Essonne, sur le sud du plateau de Saclay avec le développement en cours d’un campus urbain totalisant 1 600 000 m2. Mais également dans les Yvelines où d’ici à 2020, 300 000 m2 de logements, commerces et immobiliers d’entreprises vont être construits sur le quartier de Satory, à Versailles. Un site qui comptera à terme au total 800 000 m2, appelés à générer plus de 10 000 emplois.

La ligne 18 du Grand Paris Express viendra relier ces différents projets urbains, en commençant par desservir le plateau de Saclay dès 2024 grâce à l’implantation de trois nouvelles gares (Quartier de l’école Polytechnique, Quartier du Moulon et CEA). Cela permettra notamment de recevoir les 20 000 enseignants-chercheurs, ainsi que les 30 000 étudiants qui travailleront sur le plateau de Saclay à l’horizon 2025. D’ici là, les programmes de construction de nouveaux îlots de vie mutualisés entre les différentes typologies d’usagers, va se poursuivre dans la frange sud du territoire autour des villes existantes : Palaiseau, Orsay, Gif-sur-Yvette, Bures-sur-Yvette, Saint-Aubin et Saclay. Au total, ce sont de 6 000 à 8 000 logements qui devront être construits chaque année dans le périmètre d’action de l’EPA Paris-Saclay pour accueillir ces nouveaux arrivants qui permettront de faire vivre cette ville-campus inédite !