HappyVisio.com : la plateforme des jeunes seniors

Suivre l'actualité de la CCI Essonne ACTUALITE
Numérique
HappyVisio : des visioconférences et ateliers en ligne pour les jeunes seniors.

Axe stratégique de développement : répondre aux attentes en matière de prévention de plus en plus fortes des acteurs de santé publique (caisses de retraite, mutuelles et collectivités locales). « La volonté actuelle des pouvoirs publics est de réduire le curatif en favorisant la prévention », explique Benjamin Raspail, fondateur d'Adam Visio avec deux associés (amis d’enfance) : Alexandre Cesari et Guillaume Lascoux.

Prix d’honneur du Réseau Entreprendre en Essonne 2016, lauréat Bourse FrencTech et soutenus par la BPI France, la start-up créée en 2016 à Brunoy rencontre, après quelques mois déjà, un beau succès. « Nous avons maturé ce projet pendant deux ans avant de nous lancer ! », poursuit le créateur, ex-dirigeant de maison de retraite et de clinique. 

 Axe stratégique : la prévention
 
Grâce à HappyVisio, les internautes peuvent accéder à nombre d’informations et de bonnes pratiques de base pour anticiper des difficultés qui peuvent les toucher plus tard : mémoire, sommeil, etc. Pour chacun des sujets traités, nous faisons appel à des spécialistes et à des partenaires reconnus (notaires, neuropsychologue, médecin...) pour répondre aux questions en direct. Pour les ateliers pratiques, qui visent de petits groupes de personnes (moins de 10), la démarche est identique avec cependant un objectif d'apprentissage plus important. « Le travail en groupe restreint s'organise sur plusieurs séances et de manière suivie pour travailler de manière approfondie sur certains sujets tels que booster sa mémoire ».

De plus, en s'inscrivant à une activité, les participants accèdent à un espace personnalisé localisé dans lequel ils peuvent retrouver l'information sur les relais locaux dans le domaine (associations, centre de prévention, etc.), plus d'information sur le sujet ou encore des exercices pratiques pour continuer le travail. « Cette approche localisée donne notamment de la visibilité à l’action municipale ou départementale », précise Benjamin Raspail (38 ans), qui compte déjà parmi ses clients des conseils départementaux, des villes et des grands noms de la santé comme le PRIF ou l'AG2R.