Découvrez le restaurant Antoinette, 4 Papilles d’Or 2020

Suivre l'actualité de la CCI Essonne ACTUALITE
Commerce
A Verrières-le-Buisson, le restaurant Antoinette privilégie les circuits courts et le zéro déchet.
Restaurant Antoinette à Verrières-le-Buisson
Crédit : CCI Essonne

Julien Di Murro a le goût des petits plats simples et le sens des affaires. Deux qualités à l’origine du succès de son restaurant Antoinette, fondé il y a trois ans, à Verrières-le-Buisson. Le jeune homme s’est lancé dans la restauration, il y a cinq ans, dès la sortie de son école de commerce. « J’ai d’abord ouvert une table dans le 9e arrondissement de Paris avant de revendre l’affaire deux ans plus tard pour lancer Antoinette. » 

Baptisé du prénom de sa grand-mère, le restaurant de 260 m² a été construit en plein coeur de la zone d’activité des Petits Buissons. « L’achat du terrain et la construction des locaux ont été financés avec un apport personnel et un prêt bancaire garanti à hauteur de 50 % par la banque publique d’investissement Bpifrance. » 

L’aménagement des lieux est soigné. La salle aux murs intérieurs végétalisés est complétée d’une large terrasse, couverte en hiver, de deux chalets privatifs et d’un terrain de pétanque. Un environnement convivial pour servir des plats traditionnels franco-italiens 100 % faits maison à partir de produits frais et de saison. Le restaurant bistronomique joue également la carte écoresponsable. « Nous privilégions les circuits-courts avec des approvisionnements à moins de 200 km à la ronde. Nous visons également le zéro déchet. Les fruits et légumes abîmés sont utilisés pour les flans, et les épluchures sont servis sous forme de chips. Nous allons aussi prochainement investir dans un composteur. »

Ce talent culinaire éthique a été récompensé par 4 Papilles au concours 2020 des Papilles d’Or organisé par la CCI Essonne. « C’est notre première reconnaissance professionnelle. Cette année, nous avons, en plus, l’honneur d’être inscrits dans le guide Gault&Millau. » Julien Di Murro se prépare aussi à ouvrir, sur le même terrain qu’Antoinette, un second établissement baptisé « Joseph », en souvenir de son grand-père. « Nous avons profité du confinement pour avancer la construction. Le restaurant devrait ouvrir ses portes le 1er septembre. »

L’équipe compte cinq personnes et sert des plats du terroir. Antoinette et Joseph sont regroupés au sein de l’entité « À table Simone » créée, pour l’occasion, avec Jérôme Lapelle, caviste à Verrièresle-Buisson, et Alexis Bernard, un ancien professionnel de l’hôtellerie.

Christelle Donger