Les Coqs : une Assiette au guide Michelin

Suivre l'actualité de la CCI Essonne ACTUALITE
Commerce
Découvrez ce restaurant à Milly-la-Forêt, lauréat 4 Papilles d'Or 2020
Portrait Papilles d'Or : découvrez les Coqs
#jaimemoncommerce Portrait du restaurant Les Coqs à Milly la Foret
Crédit : CCI Essonne

Seuls deux menus (« déjeuner » et « saison ») et deux propositions pour chaque assiette figurent à la carte de ce restaurant de Milly-la-Forêt, lauréat 2020 des Papilles d’or (4 Papilles) et distingué par le « Guide Michelin » (une assiette). Mais quels menus ! « Ce choix restreint, renouvelé tous les quinze jours, me permet de travailler avec un maximum de fraîcheur des produits de saison et de qualité issus de producteurs locaux : légumes bio de Milly, volailles du Gâtinais, cresson de Vayres-sur-Essonne, asperges de Dannemois, etc. Et, pour ceux que je ne peux trouver sur place, au moins français », explique le chef, Emilien Le Normand, qui a ouvert Les Coqs, avec son épouse Noémie, en juillet 2017. 

Le couple, issu du double étoilé La Côte Saint-Jacques, à Joigny, a installé son restaurant dans une maison ancienne qui borde la halle historique du XVe siècle. Les deux salles en pierres apparentes (30 couverts) sont chaleureusement meublées de bois blond et de sièges en tissu. Une terrasse située à l’arrière de l’établissement (12 couverts) et deux salons privés (8 et 4 couverts) à l’étage, parfaits pour les déjeuners d’affaire, complètent cet ensemble avenant. 

Ambiance chic et cosy

Cette ambiance à la fois contemporaine, chic et cosy, est idéale pour déguster, au menu « Déjeuner », par exemple, en entrée (en février-mars) un « saumon mariné aux blinis, crème fouettée à l’aneth et coulis de cresson » ou (au printemps) un « œuf parfait cuit à basse température, crème et pointes d’asperges et voile de lard de Bigorre ». En plat (au printemps), on se régalera d’une « épaule d’agneau confite plusieurs heures frottée à la menthe de Milly et compotée de sarrasin ». Les plus gourmets opteront pour le menu « Saison » avec, par exemple en plat (février-mars) une « volaille gâtinaise rôtie au jus et herbes aromatiques, purée de pomme de terres à l’échalote confite » ou (printemps) un « quasi de veau grillé avec sauce maltaise, artichauts poivrade et câpres » avant de succomber à une « poire pochée glace vanille et sablé breton à la fève tonka », dont chaque élément est fait maison comme tous les plats servis aux Coqs !