Un contexte économique qui inquiète les chefs d’entreprise

Suivre l'actualité de la CCI Essonne ACTUALITE
Enquêtes
Découvrez les résultats de notre baromètre de conjoncture trimestriel.
Baromètre de conjoncture - 1er trimestre 2022
Crédit : rido / adobestock

Fragilisée par la crise sanitaire au cours des deux dernières années, l’activité économique est à nouveau impactée par le conflit en Ukraine qui a débuté le 24 février 2022. 

Afin de poursuivre le travail de remontées terrain engagé avec les enquêtes COVID en 2020 et 2021, la CCI Essonne a initié un baromètre de conjoncture afin de suivre la situation des entreprises du département au fil des trimestres. 

Ce premier baromètre, réalisé entre le 30 mars et le 15 avril 2022 a recueilli 178 réponses*. Il permet de faire le point sur l’état des entreprises au cours du 1er trimestre et de rendre compte de leurs prévisions pour le trimestre à venir.  

Un début d’année compliqué avec l’éclatement de la guerre en Ukraine…

Le 1er trimestre 2022 a été marqué par une baisse du chiffre d’affaires pour un peu plus de la moitié des entreprises répondantes. Ces dernières imputent principalement cette dégradation à une baisse de la fréquentation (59 %), à la crise sanitaire persistante (53 %) et à l’accélération de l’inflation débutée il y a plus d’un an (47 %). D’après 42 % des chefs d’entreprise, la guerre en Ukraine est à l’origine directe de cette baisse d’activité et cela particulièrement pour ceux travaillant dans le secteur transport/logistique, commerce et services. 

La baisse du chiffre d’affaires s’est accompagnée d’une aggravation de la situation de trésorerie pour la moitié des entreprises également. En effet, la hausse des prix de l’énergie et la baisse du niveau de marge associé aux prix de vente ont pesés sur les liquidités disponibles des sociétés.

Dans ce contexte particulier, 42 % des dirigeants ont été en capacité de réaliser des investissements dont 13 % seulement sont parvenus à les augmenter et ce principalement dans le but d’acquérir du matériel et des équipements (51 %). 

Malgré ces importantes difficultés, l’emploi s’est maintenu puisque 72 % des entreprises affirment que le nombre de salariés a été stable au cours du 1er semestre 2022.

…et une inquiétude qui augmente chez les chefs d’entreprises

Avec un moral s’évaluant à une moyenne de 5,1 sur 10 pour l’ensemble des dirigeants, les projections ne présagent pas une amélioration de ce dernier : près de 40 % des chefs d’entreprise prévoient une dégradation de leur trésorerie pour le 2ème semestre, 35 % pensent que la pérennité de leur entreprise est menacée. 

L’évolution de la situation sera donc à suivre de près et les résultats du second baromètre permettront de confirmer ou non les perspectives évoquées par les répondants.

*Echantillon : 178 répondants dont 32 % commerce de détail, 19,1 % services aux entreprises, 6,2 % cafés / hôtels / restaurants, 6,2 % commerce de gros, 11,8 % industrie, 11,2 % services aux particuliers, 10,7 % construction/BTP, 2,8 % transports/logistique. 

> Téléchargez l'infographie des résultats du baromètre de conjoncture trimestriel