« Pas d’écologie sans moteur économique ! »

Suivre l'actualité de la CCI Essonne ACTUALITE
Transition énergétique
Comptant parmi les premiers signataires, en 2008, de la charte CO2 de l’Ademe, les Transports Premat relèvent avec succès le défi de la transition énergétique.
« La réduction des émissions de CO2 est aujourd’hui un impératif face au réchauffement climatique. » Depuis de nombreuses années, le 1er transporteur pour les produits en vrac, liquide et solide en Île-de-France (CA, 60 M d’euros) a intégré cette nouvelle donne dans son modèle économique. « Dans toutes les décisions, nous évaluons leurs conséquences en termes de réduction de consommation d’énergie et d’impact environnemental. Mais si les mesures que nous prenons dans ce sens permettent de réduire globalement nos frais de fonctionnement, elle doivent aussi permettre de financer leur mise en route », explique Philippe Premat, dirigeant depuis 1985 de cette entreprise familiale, créée en 1925 à Paray-Vieille-Poste. 
 
Le point de départ d’un développement spectaculaire de l’entreprise (+5% de croissance par an) par une diversification de ces types de transport (BTP, hydrocarbures, gaz, pulvérulents divers dont une partie alimentaire avec les farines, déchets en tous genres, matières dangereuses, convois exceptionnels) à travers 5 sites, regroupant 500 salariés et une flotte de 450 véhicules.
 
La formation d’abord
 
En partenariat avec l’Ademe, notamment pour la réduction des émissions de CO2, et la CCI Essonne, pour la performance énergétique globale de l’entreprise, les Transports Premat ont mis en place une stratégie très active et efficace pour relever le défi de la transition énergétique. « En moins de dix ans, nous avons réduit de 15% nos émissions de CO2 avec une consommation optimum (30 à 35 l/100km) et améliorer considérablement notre bilan énergétique (isolation, chaudière au gaz, éclairage LED, process, etc. », poursuit le dirigeant, un des premiers à signer de la charte CO2 de l’Ademe, en 2008, et qui a obtenu la label Objectif CO2, fin 2015.
 
Grâce à ce cadre, l’entreprise a développé une véritable ‘’ingénierie écologique’’ du transport : scoring des trajets, conduite assistée, informatique embarquée, boîte automatique, pneumatique high-tech, déflecteurs profilés, etc. « La consommation de carburant a un impact important sur nos coûts de revient (25 à 30%). Nous testons actuellement des camions fonctionnant au biogaz parallèlement à la création d’une station de ravitaillement et regardons de près ce que les véhicules autonomes pourront nous apporter mais l’humain restera indispensable dans nos métiers », précise Philippe Premat toujours à l’affût des dernières avancées technologiques tout en veillant à la sécurité avec succès en obtenant aujourd’hui un taux d’accidentologie très réduit.
 
Pour autant, il ne se trompe pas de priorité : la formation. Une clé essentielle dont les Transports Premat ont fait une pierre angulaire de leur management développement durable en créant un centre de formation interne. Efficacité oblige !