"La CCI nous a aidés pour trouver des financements"

Suivre l'actualité de la CCI Essonne ACTUALITE
Portrait d'entreprise
#CCIcommunity : Alicia Despretz, concessionnaire Opel à Draveil
Alicia Despretz
Alicia Despretz
« Mon berceau a été l’entreprise », explique Alicia Despretz, à la tête depuis février 2016 d’une concession Opel à Draveil et lauréate la même année du réseau Entreprendre Sud-IDF. Une reprise intéressante par son potentiel, ce que recherchaient en vain depuis deux ans cette dynamique entrepreneuse et son associé. Tous deux professionnels de l’automobile depuis une vingtaine d’années et décidés à se lancer à leur compte. 
 
« C’était inespéré après des recherches infructueuses », raconte la jeune chef d’entreprise, au volant de ce garage multiservices (carrosserie, mécanique, ventes de voitures neuves et d’occasion), doté d’un atelier de 1000 m2 et d’un show-room de 550 M2, et comptant 11 salariés. « Aujourd’hui, dans notre secteur, il est indispensable de proposer une offre globale pour se développer sur le long terme, notamment avec notre clientèle professionnelle qui alimente actuellement 60% de notre CA en carrosserie » justifie-t-elle, bien décidée à accroitre la part des particuliers en boostant son atelier de mécanique et entretien.
 
Objectif : développer la mécanique
 
Pour atteindre ce nirvana, la route a été longue mais le couple était déterminé à réussir, soit par la voie de la création soit par celle de la reprise. « Rapidement, lorsque la décision a été prise avec mon compagnon de voler de nos propres ailes, je me suis inscrite à un BTS de gestion-comptabilité et nous nous sommes rapprochés de la CCI Essonne. A l’époque, nous envisagions plutôt une création qu’une reprise étant donné nos exigences. Les conseillers création de la CCI nous ont considérablement aidés pour constituer le dossier ‘’béton’’ qu’il faut avoir pour trouver des financements. Ils nous ont notamment aiguillé vers le Réseau Entreprendre Sud-IDF qui nous a accordé un prêt d’honneur décisif pour décrocher le prêt bancaire que nous avons obtenu auprès de Banque Populaire Rives de Paris, très réactive quand l’affaire s’est présentée. » Ce fut donc une reprise ! « Je n’ai qu’un seul regret, avoue-t-elle. Ne pas avoir prévu un temps plus long pour la transmission : un mois, ça passe trop vite ! »