Areva H2Gen s’implante aux Ulis

Suivre l'actualité de la CCI Essonne ACTUALITE
Transition énergétique
Areva H2Gen a inauguré en juin un site unique en France de fabrication d’électrolyseurs PEM.
La fabrication d’électrolyseurs PEM (membrane à échange de protons) constitue un élément clé pour le marché d’avenir du stockage des énergies renouvelables et celui, notamment, de l’alimentation des véhicules ‘’propres’’ à pile à combustible.
 
« Ce site a été dimensionné pour répondre sans problème aux évolutions du marché mondial avec une capacité de production de 30 électrolyseurs par an pour des puissances allant de 25 à 600 kW. Notre technologie est particulièrement bien adaptée pour répondre au caractère intermittent des énergies renouvelables en réagissant à la seconde », explique Cyril Dufau-Sansot, président de cette co-entreprise créée en 2014 par une alliance entre Areva, Smart Energies et l’Ademe. Cette dernière apportant un soutien financier dans le cadre du Programme d’investissements d'avenir piloté par le Commissariat général à l’investissement (CGI). 
 
Un marché mondial
 
Basée à Paris, Areva H2Gen compte aux Ulis une vingtaine de salariés dont une équipe commerciale, un responsable commercial pour la zone Asie et un directeur commercial pour la zone Europe et Etats-Unis, ainsi que des représentants en Chine, au Japon et en Angleterre. Elle dispose également d’une filiale en Allemagne, où le marché de l’hydrogène pour le transport est déjà bien développé.
 
Sur le site des Ulis (2800 m2), raccordée à une ligne électrique de 2,5 MgW, 1500 m2 sont utilisés pour la fabrication des stacks (une technologie issue de la recherche spatiale et qui a demandé 25 ans de R&D) et leur intégration au sein des électrolyseurs. Le reste de la surface accueillant notamment un département de R&D et un autre pour les tests, sur 500 m2.
 
Si le marché du stockage de l’électricité afin d’alimenter en hydrogène les stations-service pour les véhicules à pile à combustible (qui reconvertit l’hydrogène en électricité) ou les réseaux de gaz naturel (pour le stockage de longue durée) s’avère très porteur, il n’est cependant pas le seul. L’industrie utilise également l’hydrogène pour ses qualités physico-chimiques. Avec un  carnet de commandes affichant près de 10 M€ en juin 2016 et un nombre de salariés multiplié par deux depuis sa création, l’avenir semble prometteur pour l’unique fabricant d’électrolyseurs de l’Hexagone.